Retour sur la Global Game Jam 2013

ggj-cuvée-2013_comp

Vendredi 25 janvier, 17 heures : les 40 jammers et jammeuses (6 filles cette année),confortablement installés dans la salle de concert du Jardin Moderne, retiennent leur souffle en attendant la diffusion officielle du thème de la cuvée 2013 de la Global Game Jam. L’air vibre au rythme des ventilateurs, refroidissant calmement les unités centrales prêtes à tout donner au cours des 48 prochaines heures. Le suspens est à son comble quand, soudain, un battement de cœur, sourd et régulier, se fait entendre. « Arrête de tapoter dans le micro Aymeric, on t’a grillé ». Les jokes fusent mais le son persiste, oppressant.

On comprend peu à peu que ce battement est bel et bien le thème de la GGJ 2013 : heartbeat.

Vendredi 25 janvier, 18 heures : la surprise laisse place au bouillonnement des idées, que chacun prend soin de noter sur un post-it coloré, directement épinglé sur le tableau en liège numérique commun destiné à cet effet.

Vendredi 25 janvier, 21 heures : suite à un repas convivial et gastronomique (si si , le gratin de pâtes à la carbonnara est un met rare et raffiné), les groupes commencent à se former, par affinités et compétences. On aperçoit parfois un graphiste créatif errant  à la recherche d’un développeur esseulé. Car la GGJ, c’est avant tout une aventure humaine riche de rencontres et d’échanges autour d’une passion commune (non, ceci n’est pas une figure de style lourdingue pour parler d’une agence matrimoniale pour geek).

Adopte un geek à la GGJ

Adopte un geek à la GGJ

Samedi 26 janvier, 16 heures : 8 équipes sont désormais formées, pour le meilleur et pour le pire de la création ludique. Toutes se sont approprié le thème et travaillent dur : il leur reste alors moins de 24 heures. L’atmosphère de la salle de concert (qui ressemble plus à un cyber anarchique) est emplie d’effluves de café, de cola et d’autres boissons énergisantes, comme autant d’items destinés à survivre au boss final de la GGJ : la nuit (presque) blanche du samedi. Sur les tables entre les écrans-rois, on recense surtout un méli-mélo de câbles colorés, côtoyant des souris futuristes (bande de nerds), des tablettes graphiques de spécialistes mais aussi quelques ovni : un minitel, un clavier de sound-design, du papier et des crayons (qui a dit que la GGj était fermée aux jeux physiques ?). Bref : y a du matos mec !

Dimanche 27 janvier, 3 heures du matin : « Tiens ! Et si on créait un deuxième jeu qui s’appellerait Alien VS Jambon et dont le but serait de dégommer un jambon en tirant dessus avec un alien ».

kill-dat-ham_comp

Dimanche 27 janvier, 15 heures : après une nuit plutôt courte, dont on peu jauger la durée à la mesure de la profondeur des cernes des participants, les 8 jeux sont en cours d’upload sur le site de la GGJ 2013. Une à une, les équipes décrivent et font une démo de leur production. La foule est en liesse et n’a qu’une envie : celle de tester à son tour ces jeux délirants. Si toi aussi tu veux les essayer, clique sur le nom de chaque équipe et télécharge les jeux sur ton ordinateur :

Pour retrouver toutes les photos du collectif 18-55 et d’Antoine Bon, clique encore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>